Un parfum de victoire

11/02/2011

Le 11 février, quelques heures avant la chute de Moubarak, RUE 89 publiait mon dernier article écrit depuis Le Caire pendant la révolution.

http://rue89.nouvelobs.com/2011/02/11/place-tahrir-au-caire-il-traine-dans-lair-un-parfum-de-victoire-190108

 

Nous pensions qu’il s’agirait d’une pièce en trois actes, dont la disparition de la police remplacée par l’armée le 28 janvier, puis l’intervention de Moubarak du premier février, auraient constitué les césures. 

 

Il semblerait en fait qu’on s’oriente vers une structure en quatre temps – au moins. Nous y avons cru toute la journée de jeudi. Les déclarations s’étaient accumulées dans la journée qui donnaient Moubarak démissionnaire. Et bien que le mouvement de grève de la veille s’était encore accru, la vie semblait presque normale dans les rues du Caire. 

 

Le pays s’est habitué à ce qu’il est devenu. On s’y sourit, on y parle politique, on n’a plus peur des policiers, timidement revenus et consciencieusement occupés à faire la circulation.

 

Une foule joyeuse et dansante

La place Tahrir dont j’ai fait le tour une heure environ avant l’intervention de Moubarak était une vaste clameur. D’innombrables drapeaux, des félicitations, des gens se serrant dans leurs bras. Une foule qui se félicite d’avoir vaincu et qui n’est plus tout à fait la même qu’au commencement. 

 

Si le courage d’initier le mouvement relevait d’un petit nombre d’opposants courageux, la joie de s’être peut-être débarrassé de son dictateur rassemble le peuple entier. 

 

En parcourant cette foule mélangée, joyeuse, dansante, j’ai pu constater une fois de plus que la révolution sociétale est accomplie. Plus jamais ceux qui ont vécu les deux dernières semaines ne seront les mêmes. 

La révolution sociale est en cours. Les travailleurs du pays ont rejoint jeudi la jeunesse, permettant que les débats ne se concentrent plus uniquement sur les libertés politiques mais également sur la situation économique des Egyptiens. 

 

Rien ne marche contre ce peuple

Ce peuple tenace aurait mérité que la révolution politique fut achevée jeudi soir. Il faudra attendre encore un peu. Pas longtemps sans doute : l’attitude de l’armée jeudi après-midi, et les déclarations successives de certains ministres et des dirigeants du PND à propos d’une probable démission de Moubarak, prouvent assez que le régime est fissuré.

 

Comme au soir du 1er février, nous étions inquiets jeudi soir. Ce Président joue systématiquement la politique du pire. Lors de sa précédente intervention télévisée, il avait cherché à monter les unes contre les autres des composantes de la société égyptienne – en l’occurrence les manifestants contre ceux dont la situation économique devenait très critique en cette période de troubles. 

 

Il y était parvenu deux jours, jusqu’à ce que les excès de violence et de machiavélisme de sa contre-révolution finissent par révéler à tous qu’il n’avait pas l’intention de changer ses méthodes.

 

Ce jeudi soir, il a tenté une autre technique qui consiste à provoquer les manifestants pour leur faire perdre patience. Un débordement de violence permettrait une répression sous le prétexte du retour au calme. Mais rien ne marche contre ce peuple qui n’en finit plus de surprendre un pouvoir qui, l’ayant étouffé trente ans, croyait pouvoir le faire toujours. 

 

Un homme qui n’aime ni ne connaît le peuple

Le peuple égyptien contestataire a rejeté la violence dès le début de son mouvement – non par stratégie médiatique mais par nature. Le 25 janvier, aux canons à eau et aux tirs de gaz, il opposait ses prières ; le 2 février, il capturait les baltagueya [repris de justice employés par la police, ndlr] sans les blesser et les enfermait dans des prisons improvisées avant de les livrer à l’armée ; ce vendredi, il est pacifique comme à son habitude, bien que très en colère.

 

Résumons la situation : il y a ici un peuple doux, joyeux, inventif, sage et qui n’a pas fait d’erreur depuis le début de son soulèvement, capable d’emporter des batailles d’une terrible violence sans se rendre coupable d’aucun débordement ; en face, un homme d’Etat, qui n’aime ni ne connaît le peuple qu’il a eu charge de gouverner, use de la violence systématique, tente d’introduire des divisions dans une population unie, et veut pousser au crime des manifestants épuisés par quinze jours de lutte et d’espoir. 

 

Ce pays est fort et volontairement miné par son pouvoir qui est prêt à tout pour s’y maintenir. Ce vendredi, surprise dans les rues du Caire : il n’y a plus aucun policier. De nouveau, le chaos – sciemment organisé – est l’arme du pouvoir. 

 

De la part de Moubarak, c’est dans la continuité de sa carrière ; ce qu’on comprend moins, c’est que les hommes d’Etat qui l’entourent, qu’ils soient dans l’armée ou non, et qui n’ont aucun intérêt à ce que le pays s’enlise dans la violence, laissent s’envenimer une situation dont la résolution semble pourtant simple : il suffirait de déposer le Président pour entrer dans une période de transition qui préserve la continuité de l’Etat et empêche que la révolution ne bascule dans l’illégitimité constitutionnelle. 

 

Quelles sont les raisons de leur apathie ? Et celles des pays étrangers, réticents à demander clairement le départ de Moubarak et à l’accuser de la violence dont il est seul à user ? 

 

Un coup d’Etat militaire ? 

Nous voudrions continuer à croire que les évènements n’opposent ici qu’un peuple à son pouvoir selon une logique purement politique – mais ces questions sans réponse nous font pressentir qu’il se prépare en coulisse, loin des cris de Tahrir, le dénouement occulte de cette révolution dont la signification réelle nous échappe.

 

La situation du jour semble reposer sur une sorte de compromis de communication. On n’ose parler d’un coup d’Etat militaire, tant l’image en serait désastreuse à l’extérieur – alors que dans les faits, c’est bien ce qui semble s’être produit. Ce vendredi matin, le suprême conseil militaire s’est réuni pour la deuxième fois sans Moubarak, supposé pourtant le présider. 

 

On n’ose dire non plus que Moubarak a chu - sans doute une économie douteuse est-elle liée à son leadership et l’on craint une fuite des capitaux. On peut supposer également que l’insistance du régime à chercher pour Moubarak une sortie par le haut tient à leur peur que ses crimes soient jugés par le peuple qui l’aurait renversé. Ils sont nombreux à craindre d’avoir à répondre des trente dernières années. 

 

Par ailleurs, de nombreux haut-fonctionnaires du pays, sympathisants du mouvement mais soucieux de la continuité constitutionnelle, ne semblent pas partisans d’une chute du régime – et leurs arguments, s’ils ne rencontrent pas tout à fait les désirs de la rue, sont parfaitement recevables.

 

La pièce n’est pas finie

Une chose est remarquable : malgré l’énormité de l’appareil d’Etat, le pouvoir politique est toujours en retard. Toutes ses tentatives eurent peut-être réussi quelques jours plus tôt. De nombreux Egyptiens disaient que la dernière déclaration de Moubarak eut été acceptable la semaine dernière : on se serait contenté d’un passage de pouvoir à Souleiman, accompagné du commencement des négociations politiques. 

 

Aujourd’hui, l’exaspération a tellement grimpé que plus rien n’est plus acceptable que sa disparition du pouvoir. Le timing désastreux de ce Président sert l’ambition des revendications populaires.

 

En pleine lumière, un peuple intelligent et civilisé, et dont la maturité politique constitue la seule véritable garantie d’une continuité de la nation, continue d’imposer sa puissance inerte avec pour seule arme l’effet de sa masse. 

 

Dans l’ombre, des jeux de pouvoir et d’influence, entachés certainement des sales dossiers qu’une dictature de trente ans a accumulés, tentent de faire face à un phénomène qu’ils persistent à ne pas comprendre. 

 

Il arrive que, recevant les nouvelles à la maison, nous soyons inquiets. Mais, sans sous-estimer le pouvoir de nuisance de Moubarak et de sa clique, il suffit de passer à Tahrir pour se souvenir qu’on ne peut rien contre la force qui s’est levée depuis deux semaines. Ses effets vertueux ont déjà commencé dans les rues du Caire. 

 

Les regards et les postures ont changé et si la pièce n’est pas finie, il traîne dans l’air un parfum de victoire.

Please reload

  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

11/02/2018

11/10/2017

Please reload